Sexisme

Surveiller son langage par rapport aux femmes, lorsque l’on est du sexe opposé, est un devoir. Le Professeur Alessandro Strumia, scientifique au Cern (Conseil européen pour la recherche nucléaire) en a fait les frais. Ce scientifique italien de l’Université de Pise était conférencier pour l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire. Une gouvernance de 22 pays dirigée depuis 3 ans par une italienne, Fabiola Gianotti! Donc une Institution au-dessus de tous soupçons quant à ses choix sur le genre des personnes engagées.

Seulement voilà, le Sieur Strumia a osé avancer que si les femmes accèdent à de tels postes, c’est moins pour leurs compétences qu’au nom de la parité. Selon lui, la physique est une affaire d’hommes, inventée par des hommes. Peut-être. Mais peut-être aussi, la bienséance aurait voulu qu’il ne l’affirme pas devant un parterre mixte. Parité ou pas, les femmes présentes ont immédiatement activé les réseaux sociaux, créant un grand buzz. Levée de boucliers, récriminations, colères… et même remontrance de son Université. L’homme se voit retirer son statut de conférencier puis reconduit à la porte du grand accélérateur de particules. Décélération donc pour le sémillant macho qui s’en est pris aux étoiles de la science. Pour un scientifique, il aurait pu assimiler l’importance du chromosome Y et admettre que les différences hommes-femmes ne se situent pas au niveau du cerveau. Etonnant pour un latin lover qui aurait pu être romantique et attirant comme Mastroianni, et qui s’est contenté d’être misogyne et stupide.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s