Instants volés… La Croatie, entre deux guerres

Bien bronzé, cheveux au vent, sourire éclatant, tee-shirt blanc, l’homme descend de sa Yamaha 750 comme Lucky Luke de son cheval. Lunettes à monture dorée, gants de cuir, jean serré sur ses lon­gues jambes, il se glisse dans une décapotable et prend la direction du village voisin. A son passage, tout le monde lève un bras pour le saluer. Il est jeune, beau et… semble-t-il, riche.

Nous sommes quelque part en Croatie, le petit village est tapi dans un paysage aride, et nu. Les maisons sont plus ou moins entretenues et seuls les toits de tuiles rouges donnent un peu de gaîté à cet endroit que l’on aurait pu croire oublié de Dieu. Pourtant, Dieu y a une place de choix. Enorme tache blanche en forme de cône, son église ultra moderne écrase les maisons et se remarque à plus de 3 km par ceux qui viennent de la montagne.

Justement, la petite décapotable de tout à l’heure vient de faire halte devant la maison de Dieu. Le passager, un curé habillé à l’ancienne, d’une longue aube noire en descend. L’heure de l’office approche et il prend place parmi les fidèles alors que l’homme à la moto, lui, s’engouffre dans la sacristie d’où il ressort, quelques instants plus tard, revêtu de sa chasuble d’officiant.

Avant de commencer sa messe, le jeune curé du village présente à l’assistance son ami prêtre qui, comme tous les autres, déjà venus et repartis, fera une halte de quelques jours au village. Les fidèles qui le désirent pourront lui rendre visite dès demain et, ceux qui ont de la famille en Amérique du Sud, pourront laisser lettres et messages qu’il transmettra dès son retour là-bas. Signe de croix, la messe commence. 

En Croatie, on ne bavarde pas sur les gens. A moins qu’ils ne soient Serbes, Bosniaques ou étrangers. Le curé play-boy lui fait partie de ceux d’ici. Il est de ce bon peuple Croate dont rien ne saurait être dit. Il a donc bonne presse, d’autant plus qu’il aide tout le monde et distribue soins et argent. Son charisme et ses relations font qu’il reçoit dans son église, beaucoup d’hôtes fortunés. C’est d’ailleurs là la source officielle de la manne distribuée.

Mais même les meilleures âmes engendrent parfois des rumeurs. Celles qui sont portées par le vent qui souffle sur la Croatie font allusion à une miraculeuse neige. Une neige immaculée qui, malgré un soleil durement répercuté par les pierres de la montagne, a trouvé sous le toit du curé la température idéale.

Nina Brissot

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s