A perpétuité…

Il y a 33 ans, Roman Polanski jouait un coupable scénario de viol impliquant une victime alors âgée de 13 ans. Emprisonné le cinéaste a fui lors d’un congé. La victime elle, s’est débattue durant des années, non pas contre l’éventuel traumatisme de cette nuit avec le cinéaste mais contre sa médiatisation! Le temps a passé. La jeune femme s’est mariée, elle a trois fils et rêve de paix. Mais la justice et la presse ne l’entendent pas ainsi. Traiter le cas de quelqu’un qui a une notoriété est un excellent fonds de commerce… Et la victime? Mais tout le monde s’en fout! Madame Geimer (la victime) disait en 2003 dans le Los Angeles Times: «Je n’ai ni reproche, ni compassion à l’égard de M. Polanski». Elle disait aussi «Qui ne penserait pas à fuir devant la perspective d’être condamné à 50 ans de prison par un juge nettement plus intéressé par sa propre réputation que par un verdict équitable»?

Et nous, Suisses justiciers, caniches de l’oncle Sam, qui sommes-nous peuple accusateur pour nous poser en exécuteurs de la besogneuse Amérique? Une mère vertu? Madame Geimer disait: «j’ai l’impression que Polanski et moi avons été condamnés à perpétuité»… Et chacun le sait, c’est long…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s