Déroutant…

Rendre le peuple responsable est d’esprit typiquement suisse. La démocratie directe en est la base. A force d’être consulté, le peuple ne peut qu’exprimer une opinion. Même lorsqu’il n’en a pas. Régulièrement invité à se substituer à l’autorité, et garant du bon fonctionnement du pays, il finit par se sentir responsable de tout.
Le Suisse doit viser l’excellence, connaître les lois, prendre des décisions, se former, être performant et reconnu comme tel sur la scène internationale. Exemple: l’Helvétie se distingue pour la qualité de sa Chaîne de Sauvetage, capable d’intervenir rapidement en cas de catastrophe. Cette élite a même été engagée pour former un corps similaire en Chine. Elle est entraînée, disponible, possède des chiens dressés et du matériel.
Séisme en Haïti. Tout le monde y va. Sauf…la Chaîne Suisse de Sauvetage. La raison? Nous n’étions pas opérationnels dans les 36 heures après l’annonce du séisme, annonce Toni Frisch, délégué à l’aide humanitaire. Il décide alors de ne pas envoyer ces hommes formés au sauvetage. Devant une Micheline Calmi-Rey qui n’a pas cillé, il a osé: «Ce délai dépassé, vous m’auriez accusé de jeter l’argent par les fenêtres»…
Et qui devra compenser? Le peuple bien sûr, via la Chaîne du Bonheur. Car elle au moins n’est pas sous contrôle gouvernemental…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s