Présomption d’innocence

Il y a eu Bush. Pas une seconde, il n’a respecté la présomption d’innocence de Saddam Hussein sur les armes de destruction massive. Il avait tort. On a quand même pendu Hussein et félicité Bush. Dans le cas DSK, sans attendre le procès, la justice a diffusé mondialement des images d’un «présumé innocent» traité en coupable. S’il l’est, ne pouvait-on pas attendre? C’est ainsi que fonctionne la justice américaine.
Pas seulement. En Suisse, les cas des meurtriers présumés des vieilles dames de Vevey ou de la municipale de Vaux-sur-Morges pourraient, un jour, laisser place à une preuve contredisant  l’intime conviction d’un juge. Le magistrat sera-t-il alors condamné?
Même la vieille Europe ne respecte pas ce principe pourtant inscrit dans la déclaration des droits de l’homme. Pas besoin de crime, une misérable bactérie la perturbe au point d’oublier ce sacro saint principe. La voilà qui accuse sans preuve un pauvre concombre espagnol. Résultats, des centaines de maraîchers sur la paille. A quand une loi universelle punissant tout accusateur n’ayant pas prouvé la culpabilité d’un simple concombre?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s