A y perdre son latin

Qui l’eût cru Lustucru! Que le fils de Pépin le Bref donnerait tant de fil à retordre aux Vaudois? Il est vrai que les valeurs voulues par Charlemagne ont quelque peu changé et que «l’évolution» de l’enseignement s’apparente de plus en plus à une fabrique d’ânes s’exprimant phonétiquement qu’à des Einstein encadrés et encouragés. Mais de là à arriver au grand cafouillage actuel face à l’école, il y a ce fossé, creusé par des fantaisies dictées par le politiquement pédagogique.
L’impasse semble totale pour tenter de récupérer ce cuisant échec de l’école au point que le peuple est appelé à voter sur des textes à la fois proches et contradictoires. Initiative? Contre initiative? Position en cas de ballottage? Le monde de l’enseignement est en émoi. Les parents sont inquiets.
Si l’on se souvient que Charlemagne a inventé l’école parce qu’il ne savait pas écrire, on se dit qu’il est urgent d’attendre. La situation engendrera probablement un besoin de replacer l’école au milieu des vraies préoccupations didactiques.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s