Coule la vie…

Une belle main très blanche est posée sur son visage.

La longue silhouette alanguie de la dame semble très frêle

Derrière ses paupières closes, des images se superposent…

Les cris d’enfants dans le jardn, les senteurs les saisons

Le petit vent frais d’un après-midi qui finit. Des ballons qui s’envolent, des pas sur le gravier.

Lui

Il arrive. Les enfants courent, crient, se bousculent, se jettent sur le père qui rentre. Lui et la grande table, les rires, les jeux. Parfois quelques pleurs, puis des sourires. Lui et les longues soirées d’hiver. Le silence après la tempête. Lui, là, si présent.

Les paupières s’agitent, la longue silhouette frêle se redresse. Seule dans le silence, grand-mère a cédé aux souvenirs. Lentement, avec des gestes mesurés, les longues mains très blanches cachent le visage. Sous ses doigts, grand-mère fait rouler quelques perles au goût de sel.

Nina Brissot

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s